En décembre et en janvier, un fruit s’invite sur les étals. Rose et d’une forme particulière, il attise la curiosité… Nous vous présentons le pitaya, ou fruit du dragon.

Le fruit du dragon, plus connu sous le nom de pitaya (également trouvé sous les termes de pithaya ou pitahaya) de l’indien Taïno qui signifie « fruit écailleux« , est issu de diverses espèces de cactus et notamment du Hylocereus undatus.

 

Présentation du fruit du dragon ou pitaya

Au début des années 2010, ce fruit est produit principalement au Mexique et en Colombie. Du fait de sa faible demande en eau, le pitaya peut être cultivé dans des zones sèches, voire arides.

La plante est originaire du Mexique avec une présence marquée en Amérique centrale. Mais les cactus donnant ces fruits ont été importés en Asie (Viêtnam) par les colons français au tout début du XIXe siècle. Dès lors, on a également produit ce fruit en Asie du Sud Est (Malaisie, Taïwan) et en Chine du Sud.

Depuis quelques années la production de pitaya s’étend à d’autres continents. On cultive le fruit du dragon en Australie, en Israël, au Guatemala et à la Réunion, ou encore en Polynésie Française ou dans les Antilles.

Les fleurs blanches d’une trentaine de centimètres ont cette particularité qu’elles ne fleurissent qu’une fois par an à la nuit tombée. Raison pour laquelle on appelle aussi cette plante la belle de nuit ! Les tiges de forme triangulaire sont vertes et peuvent atteindre les 15 mètres. Le fruit qui tire son nom de la plante, mesure une dizaine de centimètres et pèse généralement entre 300 et 400 g, mais peut atteindre jusqu’à 700 g. Bien évidemment, on peut consommer sa chair qui ressemble au kiwi, tant par sa forme que sa consistance.

On considère le fruit du dragon sous trois formes principales. Toutes proviennent d’une espèce différente :

  • Hylocereus undatus donne un fruit à pulpe blanche et peau rose (goût léger).
  • Hylocereus polyrhizus, à l’origine de pitaya rouge et peau rose (le plus goûteux, ce fruit est faible en vitamines mais riche en bétacyanine).
  • Et enfin, Selenicereus megalanthus porte des fruits à la pulpe blanche et la peau jaune (goût sucré).

 

Composition et vertus du pitaya ou fruit du dragon

Le pitaya est riche en vitamines (vitamine C notamment) ainsi qu’en minéraux, en fibres, en antioxydants[A]  comme la bétacyanine (pigment qui confère la couleur rouge, également présent dans la betterave). C’est un aliment faible en calories.

Les principales vertus du pitaya sont :

  • Un effet laxatif grâce à ses graines, ce qui en fait un allié intéressant en cas de constipation.
  • Le fruit du dragon réduit le taux d’acide urique dans le sang et favorise la prévention de la goutte.
  • Riche en vitamine C, sa consommation permet de lutter contre la fatigue, de stimuler le système immunitaire.
  • Le pitaya obtient également des résultats intéressants dans l’atténuation de certains troubles cardiaques et signes du syndrome métabolique[A] et sur l’homéostasie du bilan énergétique par la modulation de certains gènes[B].

Une étude de 2016[C] pointe les nombreux bénéfices du pitaya rouge, riche en bétacyanine. Protection de l’obésité d’origine alimentaire et de ses troubles métaboliques associés, anti-inflammatoire, modulation du microbiote intestinal, implication dans la stéatose hépatique non alcoolique ainsi que dans le diabète de type 2.

 

Consommation et contre-indication du pitaya

En plus de consommer les fruits comme des kiwis (en tarte, en salade), on peut également les utiliser pour faire du vin, du jus de fruit ou un smoothie, ou même des sorbets. Les fleurs quant à elles, peuvent servir à la préparation du thé.

Attention aux intolérances alimentaires, avec des risques allergiques possibles : nausées, gonflements, vomissements, etc.

 

Notes scientifiques :

[A] Fabrice Vaillant, Ana Perez, Indiana Davila, Manuel Dornier and Max Reynes. Colorant and antioxidant properties of red-purple pitahaya (Hylocereus sp.). Volume 60, Issue 1.  January 2005, pp. 3-12
[B] Ramli NS, Brown L, Ismail P, Rahmat A. Effects of red pitaya juice supplementation on cardiovascular and hepatic changes in high-carbohydrate, high-fat diet-induced metabolic syndrome rats. BMC Complement Altern Med. 2014 Jun 12;14:189. doi: 10.1186/1472-6882-14-189.
[C] Ramli NS, Ismail P, Rahmat A. Red pitaya juice supplementation ameliorates energy balance homeostasis by modulating obesity-related genes in high-carbohydrate, high-fat diet-induced metabolic syndrome rats. BMC Complement Altern Med. 2016 Jul 26;16:243. doi: 10.1186/s12906-016-1200-3.
[D] Song H, Chu Q, Yan F, Yang Y, Han W, Zheng X. Red pitaya betacyanins protects from diet-induced obesity, liver steatosis and insulin resistance in association with modulation of gut microbiota in mice. J Gastroenterol Hepatol. 2016 Aug;31(8):1462-9. doi: 10.1111/jgh.13278.

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser une Réponse