A partir de la fin du XVIIIème siècle, la consommation de betterave se développe en Europe. On considère ses racines comme un véritable allié pour la santé.

La betterave (Beta vulgaris subsp. Vulgaris) est une plante de la famille des Amaranthaceae. Elle est cultivée pour ses racines qui servent à  la production du sucre, comme plante fourragère (plante utilisée pour l’alimentation des animaux d’élevage), dans l’alimentation humaine ou comme bioéthanol. Sa culture se fait principalement en Europe et aux Etats-Unis.

La betterave que l’on connait aujourd’hui descend d’une espèce cultivée pour ses feuilles, qui poussait le long des côtes (Beta vulgaris L. subsp. Maritima) et qui se serait adaptée au mode de vie terrestre. Alors que nos ancêtres consommaient de la bette à carde, la betterave était connue depuis des temps immémoriaux. En effet, la racine servait dans les préparations médicinales.

Savez-vous que… ? Les betteraves servaient déjà à nourrir le bétail bien avant que les hommes ne commencent à la consommer.

 

Description de la betterave

La betterave une plante bisannuelle. La première année, la betterave se développe avec la constitution des racines et la croissance des feuilles. Elle acquiert également un fort taux de sucre.
La seconde année (si la betterave n’a pas été cultivée), le plant monte et fleurit permettant ainsi la fécondation (anémophile) qui donnera l’année suivante un nouveau pied.

Il existe différentes espèces de betterave :

  • La fourragère, très productive. On donne cette plante pour nourrir les élevages ovins, bovins, caprins ou porcins où elle est entièrement consommée. A noter qu’elle peut être consommée par les humains. Son goût varie en fonction des variétés.
  • La sucrière, très riche en sucre, de couleur blanche. Elle est transformée après un long processus en sucre. La mélasse que l’on extrait sert également à la fabrication d’alcool.
  • La potagère, aussi appelée betterave rouge. Elle compte diverses variétés (crapaudine, noire plate d’Egypte…). Elles sont utilisées dans l’alimentation humaine.

Savez-vous que… ? Les betteraves potagères servent également de colorant alimentaire naturel.

 antioxydants, Beta vulgaris, Beta vulgaris L. subsp. Maritima, Beta vulgaris subsp. Vulgaris, bétanine, bette à carde, betterave, betterave crue, betterave cuisson, betterave fourragère, betterave potagère, betterave rouge, betterave rouge cuite, betterave sucrière, cancer, caroténoïdes, cuivre, fer, lutéine, magnésium, maladie chronique, mélasse, vitamine, vitamine A, vitamine B2, vitamine B9, vitamine C, vitamine K, zéaxanthine

 

La Betterave, un allié santé dans l’assiette

Les composantes nutritionnelles de la Betterave

Les racines sont riches en vitamine C, B9 ainsi qu’en fer, magnésium et cuivre.

Les feuilles, quant à elles, sont riches en vitamines A, B2 et K. Riches en bétanine (ou bétacyanine) et en nitrates, elles sont aussi des sources de fibres et d’antioxydants.

Les nitrates sont transformés en nitrites par les bactéries contenues dans la

bouche. Les nitrites améliorent la vasodilatation et la fluidification du sang.

 

Les bienfaits de la betterave

Une étude sur les animaux a démontré que la bétanine (pigment donnant sa couleur à la betterave) contenue dans ce légume diminue les risques de survenue de cancers de la peau, du foie et des poumons. [1][2]

La betterave est également très riche en antioxydants (qui protègent les cellules des radicaux libres). Ces molécules jouent un rôle préventif dans l’apparition des cancers, maladies chroniques ou cardiovasculaires. [2]

Enfin, les caroténoïdes (la lutéine et la zéaxanthine) contenues dans les feuilles diminueraient les risques de dégénérescence maculaire, de cataracte et de rétinite pigmentaire.

 

Précautions et contre-indications

Comme précisé plus haut, les feuilles de la plante sont riches en vitamine K. Il peut donc y avoir une interaction entre la consommation de feuilles et la prise d’anticoagulants. Mieux vaut dans ce cas prendre conseil auprès de votre médecin avant toute ingestion.

 

Notes scientifiques :
[1] Kapadia GJ, Tokuda H. Chemoprevention of lung and skin cancer by Beta vulgaris (beet) root extract. Cancer Lett. 1996 Feb 27;100(1-2):211-4.
[2] Tom Clifford, Glyn Howatson, Daniel J. West, and Emma J. Stevenson. The Potential Benefits of Red Beetroot Supplementation in Health and Disease. Nutrients. 2015 Apr; 7(4): 2801–2822.

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser une réponse