Quand on se rend dans une salle de bain, difficile d’imaginer qu’il y a encore quelques décennies à peine, le savon était sous forme solide et non pas liquide. Pour quelle raison se détourner du savon ? Quels enjeux sur notre planète ?

Nombreuses sont les publicités qui vantent les mérites de tel ou tel gel douche. Il gomme, hydrate, caresse, nourrit, sent le caramel ou la tarte au citron meringuée. On en oublie presque le rôle premier du savon, quelle que soit sa forme : laver.

 

Maintenant, la plupart des gels douches sont conçus sans parabènes

En 2011 éclatait le scandale des parabènes : on apprenait que ces molécules présentent dans la quasi-totalité de nos cosmétiques comme conservateurs, étaient classés comme perturbateurs endocriniens. Les consommateurs ont commencé à se montrer vigilants en regardant les étiquettes pour identifier ces fameux methylparaben, ethylparaben, ou encore propylparaben, et bouder les produits qui les contenaient.

Les fabricants de gels douche « classiques » ont senti le vent tourner et ont cherché à remplacer ces fameux parabènes, faisant prévaloir ce changement de composition comme véritable argument marketing. Mais par quoi les ont-ils remplacés ? Très souvent par deux autres molécules : l’isothiazolinone ou le méthylisothiazolinone. Sont-elles plus sûres ? Pas vraiment quand on sait qu’elles ont été abandonnées par l’industrie cosmétique, il y a une vingtaine d’années de cela car trop allergisantes. A cette époque, on était tout heureux d’avoir trouvé comment les remplacer : en utilisant ces fameux parabènes…

 

Un savon solide ne contient pas forcément que de « bons » ingrédients

Si le savon solide a un côté désuet, cela ne signifie pas que les ingrédients qui le composent sont tous naturels et connus depuis la nuit des temps. Beaucoup de savons même qualifiés de « traditionnels » contiennent de l’huile de palme (dont la culture est responsable d’une partie de la déforestation), des huiles animales, sans compter certains colorants (comme le dioxyde de titane). Si vous avez tendance à vous avouer vaincu devant une liste d’ingrédients cosmétiques, choisissez le produit qui contient le moins grand nombre de noms, comme les véritables savons de Marseille ou d’Alep.

Que ce soient pour les gels douches ou les savons solides, vous devrez veiller à vous informer correctement de la composition de votre produit.

 

Méfiez-vous du greenwashing de certaines marques

Le greenwashing est une technique utilisée par certaines entreprises : elles utilisent leurs actions en faveur de l’écologie comme arguments marketings. Les marques déployant le plus ce genre de procédé, sont bien souvent les moins vertueuses en la matière. Des exemples ? Mettre en avant les extraits naturels de telle plante dans un gel douche, alors qu’on ne les retrouve qu’à la fin de la liste des ingrédients, mélangés à de très nombreux autres produits de synthèse. Ou encore, utiliser des noms contenant les mots « éco » ou « nature », même si le produit n’a rien d’écologique ou de naturel. Il faut dire que « Gel douche 99% synthétique » ou « Contient des produits défavorables au milieu aquatique » ne sont pas des arguments favorisant la vente.

 

Certains labels peuvent vous aiguiller

De nombreux labels ont été créés afin d’aider le consommateur à identifier rapidement le cosmétique face auquel il se trouve. Les plus connus pour les cosmétiques bio et respectueux de l’environnement : Cosmebio, BDIH, Ecocert, Nature & Progrès, entre autres.

BDIH, Cosmebio, cruelty free, déforestation, Ecocert, gel douche, gluten, greenwashing, huile de palme, irritant, isothiazolinone, méthylisothiazolinone, Nature & Progrès, one voice, paraben, parabène, perturbateur endocrinien, perturbateurs endocriniens, pollution, savon, savon d’Alep, savon de Marseille, vegan, zéro déchet, zero waste

D’autres, permettent de savoir si le produit a été conçu sans test sur les animaux (One Voice, Cruelty free, HCS). Ou même s’il est végan ou sans gluten (oui, même dans les cosmétiques).

BDIH, Cosmebio, cruelty free, déforestation, Ecocert, gel douche, gluten, greenwashing, huile de palme, irritant, isothiazolinone, méthylisothiazolinone, Nature & Progrès, one voice, paraben, parabène, perturbateur endocrinien, perturbateurs endocriniens, pollution, savon, savon d’Alep, savon de Marseille, vegan, zéro déchet, zero waste

Attention toutefois : en lisant la composition d’un gel douche certifié bio, on peut s’apercevoir qu’il contient à la fois du méthylisothiazolinone et de l’isothiazolinone. Un cosmétique doit seulement contenir un certain pourcentage de produits issus de l’agriculture biologique pour mériter le label. Mais à l’heure actuelle (et à ma connaissance), certains ingrédients ne font pas partie des exclus de ces chartes. D’où l’intérêt de toujours se pencher sur la liste de produits qui composent votre gel douche…

 

Vous pouvez créer vos propres savons

Si vous voulez utiliser des cosmétiques sûrs dont vous connaissez la composition, vous pouvez aussi créer vos propres savons ou gels douches, soit en choisissant un kit de fabrication prêt à l’emploi, ou en choisissant vous-mêmes tous les ingrédients. A vous les textures crémeuses, les formules riches en huiles végétales de qualité (olive, karité, argan), les tensioactifs à base d’huile de coco doux pour la peau, et les extraits aromatiques naturels.

 

Pour résumer et vous aider dans le choix “savon ou gel douche ?”

Voici la liste des avantages du savon par rapport au gel douche :

  • souvent plus respectueux de notre corps,
  • engendre moins de pollution (sans emballage ou presque),
  • d’un tarif peu élevé,
  • et d’une durée de vie plus longue que pour un gel douche.

Le point négatif ? Le savon glisse… Alors si ce seul désagrément vous rebute, armez-vous de vos outils et percez un trou au milieu du savon, dans lequel vous passez une cordelette. (Il est préférable que ce soit un gros bloc de savon, type savon de Marseille.) Vous faites ensuite un nœud, et vous l’accrochez à votre barre de douche.

Autre astuce : afin augmenter la durée de vie de votre savon, on le place en hauteur, à l’abri du filet d’eau.

Et si on ne veut vraiment pas se passer de son gel douche ? On veille à choisir des recharges plutôt que de racheter des flacons de 250 mL régulièrement et/ou on privilégie les grandes contenances (comme les bouteilles d’un litre). Enfin, on n’oublie pas non plus de lire attentivement la composition du produit pour soi. Mais aussi pour la planète !

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Apolline Compagnon
Apolline Compagnon est une thérapeute pratiquant diverses techniques de médecines douces (phyto-aromathérapie, médecine chinoise...). Également formatrice en contraception naturelle, elle s'est spécialisée dans le bien-être féminin, que ce soit dans sa pratique en cabinet, ou en tant que rédactrice santé/bien-être. Davantage de renseignements sur : www.cabinetmedecinesdouces.fr

4 commentaires

  1. Bonjour,
    Que pensez vous de l’application Quel cosmetic de Que choisir qui permet de vérifier la présence d irritants et allergènes dans les produits ?

    1. Bonjour Carole,
      Nous ne connaissons pas cette application et ne pouvons pas vous aider dans votre choix. Cependant, même si certains produits ne sont pas irritants, ils n’ont aucun intérêt pour votre peau. Un exemple : le sodium tallowate, qui n’est ni plus ni moins que de la graisse de bœuf, présente dans de nombreux savons.
      Cet article pourrait sans doute vous intéresser (et par l’occasion, vous aurez une réponse dans votre futur choix de savon !) : https://www.lagazettebio.fr/le-savon-de-marseille/
      Belle journée à vous et merci de nous lire !

Laisser une réponse