Les éditions Plume de Carotte ont publié un nouveau livre qui relate la vie d’une personnalité œuvrant pour la Nature. Et ce, avec Jean-Louis Étienne dans L’enfant qui marche.

 

L’enfant qui marche ou la vie de Jean-Louis Étienne

Enfant poussé par la soif de parcourir le monde, on découvre également que Jean-Louis Étienne multiplie les compétences. Les cours de français ne sont pas ses préférés. Aussi, il suit une formation de tourneur-fraiseur après son certificat d’études, avant de passer un bac mathématique, puis de devenir médecin. Parallèlement, il se lance dans l’excursion et l’alpinisme.

« Outre de solides amis et une expérience unique de la mer, Jean-Louis tire de sa rencontre avec Tabarly une leçon inestimable : si tu provoques ta chance, si tu la saisis quand elle se présente, alors la vie prend le relais et fait pour toi l’autre moitié du chemin. Alors, ose ! »

Jean-Louis Étienne fait partie de ses explorateurs qui ont senti l’envie d’Aventure bouillonner en eux dès leur plus jeune âge. Que ce soit pour gravir les pentes de l’Everest, traverser l’Arctique à pied ou en ballon dirigeable, ou s’engager sur l’Antarctique, il ne sait résister à l’appel du dépassement de soi. Et s’il y a bien une chose dont il a été témoin, c’est de la dégradation des espaces naturels, quand bien même la présence de l’homme en est exempte.

 

Une collaboration magnifique

Jean-Louis Étienne et Florence Thinard signent un texte engagé et dynamique. Duquel il ressort que la vie du célèbre explorateur ressemble à un magnifique récit d’aventures. Mais pas seulement. C’est aussi un cri d’alarme pour notre planète. Que ce soit en Antarctique ou sur l’atoll de Clipperton, même quand les Hommes sont absents, les effets de leur comportement sont quant à eux bien visibles.

« L’être humain est un surdoué de la nature, un super-prédateur qui invente des outils d’une puissance inégalée. Les autres espèces n’ont pas le temps de s’adapter face à son avidité, s’indigne-t-il. L’Homme se comporte comme un goinfre au grand banquet de la Nature, et pire encore, il ne débarrasse jamais la table de ses déchets ! »

Les illustrations de Marc N’Guessan donnent de la vie aux mots. Vous connaissez sûrement déjà cet illustrateur qui a travaillé sur le livre L’Enfant du désert, parcourant la vie de Pierre Rabhi, ou sur l’adaptation d’Arthur et les Minimoys. Encore une fois, on admire le talent de ce dessinateur qui rend magnifiquement la beauté, voire la dureté, de certains paysages. Un vrai coup de pinceau qui se reconnaît et qui sort du lot. Et on imagine qu’il en faudrait vraiment peu pour passer du papier à un magnifique dessin animé…

 

ado, adolescent, avis, bien etre, bio, bookstagram, booktubeur, gazette, jeunesse, lecture, livre, Marc N’Guessan, nature, Plume de Carotte, recension, roman, livre jeunesse, Jean-Louis Etienne, Jean-Louis Etienne livre, enfant, Florence Thinard, L'enfant qui marche, L'enfant qui marche livre, L'enfant qui marche Jean-Louis EtienneL’enfant qui marche, un livre à découvrir

Là encore, les éditions Plume de Carotte ont eu une bonne intuition, tant pour le héros de l’histoire que pour l’équipe qui y a contribué. Et si le livre est destiné au jeune public (dès 8 ans), ce récit est une magnifique histoire d’aventures à lire le soir aux petits. On vous assure également que les plus grands en profiteront…

Jean-Louis Étienne et Florence Thinard pour le texte ; Marc N’Guessan pour les illustrations. L’enfant qui marche. Plume de carotte, 2018, 120 pages, 18 €

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :