Petit fruit bleu utilisé pour parsemer les « bowls » sur Instagram, la myrtille mérite plus qu’une relégation au rang de simple décor.

Pour quelles raisons s’intéresser à la myrtille et accueillir ce superfruit dans votre cuisine ? On vous dit tout…

 

Myrtillier : description et origine

alicament, bien etre, bio, gazette bio, myrtille, myrtille arbre, myrtille bienfait, myrtille bienfaits, myrtille calories, myrtille cueillette, myrtille danger, myrtille prix, myrtille recette, myrtille saison, myrtille sauvage, myrtilles bienfaits, myrtillier, myrtillier autofertile, myrtillier bluecrop, myrtillier culture, myrtillier en pot, myrtillier nain, myrtillier patriot, myrtillier prix, nature, santé, super fruit, superfruitLe myrtillier, Vaccinium myrtillus L., appartient à la famille des Ericaceae. D’un port similaire à celui d’un groseillier, le myrtillier est un sous-arbrisseau mesurant entre 30 et 60 cm avec des feuilles ovales et planes, avec une préférence pour la mi-ombre.

Savez-vous que… ? On peut trouver la myrtille sous bien des noms : brimbelle, bluet, raisin des bois… Dans les pays anglo-saxons, elle se nomme blueberry ou bilberry.

A l’état sauvage, on le trouve dans les bois et forêts d’Asie occidentale, d’Europe ou d’Amérique du Nord. Mais à quelques différences toutefois… En Europe, on dénombre surtout le Vaccinium myrtillus, tandis qu’en Amérique du Nord les espèces indigènes sont Vaccinium myrtilloides et Vaccinium angustifolium.

Savez-vous que… ? En Amérique du Nord, on trouve les principaux producteurs de myrtille au Québec et dans le Maine.

A maturité, de petits fruits d’un bleu-violacé surviennent chaque année. La saison de récolte des myrtilles a lieu au cours de l’été, entre juin et août selon les variétés. Parmi les myrtilliers les plus appréciés, on trouve le Patriot et le Bluecrop. Si l’originalité vous tente, optez pour le myrtillier Pink Lemonade… aux fruits rose foncé !

 

La composition de la myrtille

Le fruit s’avère riche en : tanins catéchiques, anthocyanosides, flavonoïdes, acides phénols, proanthocyanidols, pectines, oligosaccharides, trans-resvératrol, et caroténoïdes.

Mais la myrtille permet aussi un apport en fibres, vitamine C, vitamine K, vitamines du groupe B, potassium, magnésium, cuivre, fer, polyphénols et manganèse.

Savez-vous que… ? Durant la Seconde Guerre Mondiale, on donnait beaucoup de myrtilles à manger… aux pilotes de la Royal Air Force ! Cela améliorait leur acuité visuelle dans l’obscurité, utile pour voler de nuit et échapper aux Allemands.

De même, on trouve dans les feuilles des : tanins catéchiques, proanthocyanidols, flavonoïdes, iridoïdes, acides phénoliques, et alcaloïdes quinolizidiniques.

 

Les bienfaits et vertus de la myrtille

En phytothérapie, les produits du myrtillier peuvent prendre différentes formes galéniques : extrait fluide, extrait sec, tisane, teinture-mère, gelée de fruits ou fruits séchés…

Savez-vous que… ? Si on mange seulement les fruits, les feuilles présentent également un intérêt. En effet, en gemmothérapie, on utilise les bourgeons des feuilles du myrtillier pour préparer les macérâts glycérinés.

alicament, bien etre, bio, gazette bio, myrtille, myrtille arbre, myrtille bienfait, myrtille bienfaits, myrtille calories, myrtille cueillette, myrtille danger, myrtille prix, myrtille recette, myrtille saison, myrtille sauvage, myrtilles bienfaits, myrtillier, myrtillier autofertile, myrtillier bluecrop, myrtillier culture, myrtillier en pot, myrtillier nain, myrtillier patriot, myrtillier prix, nature, santé, super fruit, superfruitLa myrtille possède de nombreux bienfaits pour la santé, entre autres :

  • antidiarrhéique;
  • vasoprotecteur (résistance vasculaire, anti-œdémateux) grâce aux tanins et anthicyanosides[A][B]utile en cas de troubles circulatoires ;
  • amélioration de la mémoire;
  • protection des kératinocytes vis-à-vis des UVA et UVB, ainsi que de la radiothérapie[C];
  • antibactérien intestinal et urinaire (vis-à-vis de certaines souches, telles que E.Coli, Staphylococcus aureus, colibacille…), utile également en cas de colites ou colopathies.

La myrtille est surtout connue pour ses vertus… ophtalmiques ! Elle permet d’améliorer la vision nocturne, de prévenir la DMLA et la cataracte.

Comme de nombreux autres superfruits (baies de petits fruitiers) tels que les canneberges, framboises, baies de sureaux…, leurs anthocyanosides confèrent aux myrtilles des propriétés antioxydantes, antiangiogéniques et antiathérosclérosiques. Elles permettent de prévenir les dommages causés par un stress oxydatif au niveau du foie et des reins.

Savez-vous que… ? On associe un apport régulier et modéré de myrtilles à un risque réduit de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et hypertension, ainsi qu’une aide au maintien du poids.

Mais n’oublions pas pour autant la feuille de myrtillier, hypoglycémiante et hypolipidémiante[D].

 

Contre-indications, risques et précautions d’emplois

En France, l’utilisation de la myrtille et des feuilles est réglementée via la liste A de la Pharmacopée Française. La Commission E allemande reconnaît également son activité.

On ne recommande pas l’utilisation prolongée de la feuille, qui peut amener à différentes affections cachexie, anémie, ictère… De même, on a observé des troubles du tonus chez l’animal. On note également une contre-indication en cas de prise de médicaments antidiabétiques et/ou d’antiagrégants plaquettaires[E].

En revanche, selon l’EMA (European Medicines Agency), aucune contre-indication rapportée vis-à-vis du fruit durant la grossesse[F].

Parce que « naturel » n’est pas forcément exempt de dangerosité, La Gazette Bio vous conseille de vous référer à un professionnel de santé compétent avant tout emploi d’une plante à des fins thérapeutiques. Il pourra ainsi adapter le conseil à votre cas propre pour une utilisation en toute sécurité, surtout si vous êtes atteint d’une pathologie, vous trouvez dans une situation particulière (grossesse, allaitement) ou dans le cas de sujets fragiles (bébés, enfants). Enfin, cet article ne saurait se substituer aux conseils ou aux prescriptions de votre médecin.

 

Notes scientifiques :

[A] Thorne Research. Vaccinium myrtillus (Bilberry) Monograph. Alternative Medicine Review, 2001, Volume 6, Number 5, Page 500
[B] Sévin R, Cuendet J, F: Effets d’une association d’anthocyanosides de myrtille et de β-carotène sur la résistance capillaire des diabétiques. Ophthalmologica 1966;152:109-117. doi: 10.1159/000304960
[C] Davidson KT, Zhu Z, Bai Q, Xiao H, Wakefield MR, Fang Y. Blueberry as a Potential Radiosensitizer for Treating Cervical Cancer. Pathol Oncol Res. 2017 Sep 30. doi: 10.1007/s12253-017-0319-y.
[D] Cignarella A, Nastasi M, Cavalli E, Puglisi L. Novel lipid-lowering properties of Vaccinium myrtillus L. leaves, a traditional antidiabetic treatment, in several models of rat dyslipidaemia: a comparison with ciprofibrate. Thromb Res. 1996 Dec 1;84(5):311-22.
[E] Maillefert Olivia. Vaccinium myrtillus L.: une plante médicinale à anthocyanosides. Sciences pharmaceutiques. 2010. dumas-00593157
[F] “European Union herbal monograph on Vaccinium myrtillus L., fructus siccus”, Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC), European Medicines Agency, EMA/HMPC/678995/2013 , 29 septembre 2015

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :