Près d’un Français sur quatre pratique la course à pied, une tendance à la hausse qui ne cesse de se confirmer année après année. Mais est-ce que le running est vraiment un meilleur atout pour la santé que la marche ?

 

Marcher ou courir : des bénéfiques sur la santé

Comme toute activité physique, la marche ou la course à pied (running) agissent sur différents axes pour :

  • diminuer le risque de développer des maladies cardiovasculaires, de diabète, de cancers,
  • réduire ou stabiliser la tension artérielle,
  • réduire les douleurs liées à des processus inflammatoires (comme l’arthrite),
  • aider au maintien du poids de forme,
  • diminuer le risque d’ostéoporose et de chute,
  • participer au bon équilibre nerveux et émotionnel (surtout dans les cas de déprime ou d’anxiété).

Aussi, on ne doit pas négliger les activités physiques dans notre quotidien.

 

Au niveau des calories

Il faut savoir que plusieurs critères entrent en ligne de compte quand il s’agit du nombre de calories brûlées durant un exercice physique. On prend notamment en considération le poids du corps ainsi que l’intensité de l’exercice pratiqué. Par exemple, pour un parcours de 10 kms : une personne de 80 kg qui fait du 10 km/h brûlera davantage de calories qu’une autre de 50 kg qui avance à 5 km/h.

A durée identique, la marche à un rythme soutenu brûle deux fois moins de calories que la course à pied. Sauf que cela tend à s’équilibrer si vous courrez 30 minutes ou que vous marchez 1 heure.

Si vous ne voulez pas pratiquer la marche nordique mais que vous souhaitez brûler davantage de calories en marchant : utilisez des bâtons de marche ou pliez légèrement les bras (cela augmente votre cadence), multipliez les pas, prenez des poids (dans vos mains ou autour de vos chevilles), marchez sur des (légers) dénivelés plutôt que sur du plat, et « poussez » également sur vos plantes de pieds comme pour vous propulser.

 

Au niveau de la médecine chinoise

En médecine chinoise (et selon le Yang Shen pour la préservation de la santé), comme dans de nombreuses autres médecines traditionnelles, on pense qu’il n’y a pas de troubles qui naissent dans le corps si on pratique avec justesse et équilibre.

Parce que si le sport est bénéfique à la santé, trop de sport nuit également. Sur-solliciter le corps dans un exercice physique non nécessaire est néfaste à l’organisme. Cela va s’exprimer par des problèmes articulaires, osseux, ligamentaires, musculaires, voire digestifs. Si vous subissez ces effets négatifs, dites-vous que l’équilibre énergétique de vos méridiens est perturbé.

La meilleure prévention reste de connaître ses limites et celles de son corps, sans chercher à le malmener. Dans cette optique, comparée à la course à pied, la marche à rythme soutenu est à privilégier. On place cette réponse entre guillemets, puisque tout dépend également de l’intensité et de la longueur du parcours. Mais de façon générale, dites-vous que si de nombreux troubles surviennent lorsque vous effectuez un sport, c’est la façon qu’à votre corps de vous demander d’être plus doux avec lui. Soit de diminuer l’effort ou bien de changer de pratique

 

Au niveau des muscles et des articulations

Médecins rhumatologues et ostéopathes voient de nombreux patients souffrir de problèmes articulaires : chevilles, genoux et hanches. Des problèmes que l’on relie facilement avec la pratique de la course…

En fait, il ne s’agit pas tant de courir, que de bien savoir courir. Beaucoup ignorent les gestes adéquats qui permettent de prendre soin de leurs articulations, certains attaquent trop le terrain par le talon, etc.

  • On adapte les chaussures au terrain sur lequel on pratique. Régulièrement (en fonction de la régularité de l’entraînement, des distances parcourues, etc.), on change sa paire de baskets afin que le maintien et l’amorti soient toujours de qualité.
  • On privilégie les pistes, les allées de parc, les tapis, plutôt que de courir sur le bitume. Si vous n’avez pas d’autre choix que le bitume, pensez à mentionner ce détail au vendeur lors de l’achat de vos chaussures.
  • Avant de courir, échauffez-vous! Sautillez sur place, puis marchez à allure vive pendant quelques minutes avant de vous lancer.
  • Après la séance, étirez-vous! Cela permet de récupérer plus vite, de prendre soin de vos muscles et de limiter les courbatures.
  • Enfin, on peut faire appel un « coach en running» qui vous apprend les bases pour courir sans risquer de vous blesser.

On peut également éviter l’alimentation trop acide qui agresse le corps.

 

Quelles solutions ? Quelles alternatives ?

Tout dépend des personnes : certaines aiment courir. Une alternative ne les intéressera donc pas. Pour elles, on préconise néanmoins de faire attention à certains points précédemment développés.

Si vous courez plus pour le bénéfice de votre santé que par réel engouement pour la course, nous vous proposons la marche nordique ou la marche afghane. Toutes deux permettent de travailler l’endurance et le cardio, d’augmenter la capacité pulmonaire, etc.

On considère que la course à pied (pour une allure de 8 km/h) fait brûler entre 470 (sujet de 60 kg) et 700 calories (sujet de 85 kg), contre 150 à 220 pour la marche, pour une heure d’exercice. Cependant, on note que la marche nordique brûle plus de 400 kcal/heure (pour une allure supérieure à 6 km/h)…

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :