L’huile essentielle de Lavande officinale est la plus prisée des essences en aromathérapie. Ses vertus sont nombreuses : les connaissez-vous ?

La lavande vraie est également connue sous le nom de Lavande fine ou Lavande officinale.

Parmi toutes les espèces de lavande, il faut faire la distinction entre la Lavande vraie (Lavandula angustifolia) cultivée et la Lavande vraie sauvage (Lanvandula vera). En effet, cette dernière pousse naturellement à l’état sauvage au-dessus de 700 m et ses feuilles sont plus larges que la Lavande vraie.

 

La Lavande vraie : description de la plante

La Lavande vraie pousse relativement haut : dans les Alpes, on peut la rencontrer jusqu’à 2 000 mètres.

On utilise les fleurs et sommités fleuries pour en extraire l’huile essentielle. On la retrouve aussi sous différentes formes, notamment en teinture mère ou encore en tisane.

Savez-vous que… ? Depuis 1981, l’huile essentielle de Lavandula angustifolia bénéficie d’une AOC.

Il existe d’autres couleurs de fleurs pour la lavande que le violet. Le blanc par exemple, pour la Lavandula angustifolia ‘Edelweiss’ ou la Lavandula angustifolia ‘Alba’. Ainsi que le rose pour la Lavandula angustifolia ‘Rosea’ ou ‘Loddon pink’.

On considère que la variété sauvage est la meilleure Lavande fine.

aromathérapie, bien etre, bio, gazette, gazette bio, huile essentielle, huile essentielle lavande, huile essentielle moustique, Lamiaceae, Lamiacée, lavande, lavande angustifolia, lavande blanche, lavande fine, lavande officinale, lavande vraie, lavandula, lavandula latifolia, lavandula vera, nature, phytothérapie, santé, Lavandula angustifolia Alba, Lavandula angustifolia Edelweiss, lavande edelweiss, lavande alba
Les variétés ‘Edelweiss’ ou ‘Alba’ sont blanches

 

Composition chimique de Lavandula angustifolia

Les composés chimiques de la lavande sont nombreux et quelque peu variables. On en dénombre néanmoins quelques principaux pour l’huile essentielle :

  • Linalol (alcools monoterpéniques) : 20 à 40%
  • Acétate de linalyle (esters) : 25 à 50%
  • Béta caryophyllène : ≤6%
  • dans une moindre mesure du 1,8-cinéole, camphre, coumarines, etc.

La plante est quant à elle riche en : flavonoïdes, dérivés de coumarines, tanins, phytostérols… et bien sûr en huile essentielle !

 

Les propriétés de la Lavande vraie

La lavande vraie possède de nombreuses propriétés. Les principales sont les suivantes :

  • Calmante, sédative, antispasmodique et anti-convulsivante [1][2][3]
  • Anti-inflammatoire
  • Antalgique et anxiolytique (du fait de la présence de linalol) [4]
  • Vasodilatatrice et hypotensive
  • Antibactérienne et antifongique
  • Carminative, stomachique, diurétique
  • Cicatrisante, favorisant la régénération cutanée

L’huile essentielle de Lavande vraie possède une telle quantité de propriétés qu’on parle d’elle comme d’une panacée.

 

Les domaines d’application de l’huile essentielle de Lavande vraie

La lavande vraie peut être utilisée en cas de :

  • staphylocoques résistants [5] car elle est antibactérienne
  • stress, anxiété, dépression ou insomnie [6][7]
  • hypertension ou migraines (grâce au linalol)
  • règles douloureuses (dysménorrhée), et plus généralement pour les crampes ou les spasmes musculaires en massage,
  • rhumatismes,
  • problèmes dermatologiques (eczéma, prurit, psoriasis, plaie, escarre, dermite…),

Désormais, on sait également que l’inhalation améliore certains troubles ménopausiques, telles que les bouffées de chaleur [8].

Enfin, on peut l’utiliser pour faire fuir les insectes aussi bien à l’intérieur (notamment dans les armoires) qu’à l’extérieur (par exemple, les pucerons). Elle est aussi idéale pour lutter contre les poux.

 

Les précautions d’emploi

L’huile essentielle de Lavandula angustifolia est relativement bien tolérée. Bien que ses effets secondaires ou précautions d’emploi soient peu nombreux, de façon non exhaustive, on veille néanmoins à ne pas l’utiliser chez la femme enceinte, le bébé ou le jeune enfant (surtout chez le petit garçon).

Parce que « naturel » n’est pas forcément exempt de dangerosité, La Gazette Bio vous conseille de vous référer à un professionnel de santé compétent avant tout emploi d’une huile essentielle. Il pourra ainsi adapter le conseil à votre cas propre pour une utilisation en toute sécurité, surtout si vous êtes atteint d’une pathologie, vous trouvez dans une situation particulière (grossesse, allaitement) ou dans le cas de sujets fragiles (bébés et enfants).

Cet article ne saurait se substituer aux conseils ou aux prescriptions de votre médecin.

 

Notes scientifiques :

[1] Kasper S, Gastpar M, Müller WE, Volz HP, Möller HJ, Dienel A, Schläfke S. Silexan. An orally administered Lavandula oil preparation is effective in the treatment of ‘subsyndromal’ anxiety disorder: a randomized, double-blind, placebo controlled trial. Int Clin Psychopharmacol. 2010 Sep;25(5):277-87.

[2] Buchbauer G, Jirovetz L, Jager W, Dietrich H, Plank C. Aromatherapy: evidence for sedative effects of the essential oil of lavender after inhalation. Z Naturforsch [C]. 1991 Nov-Dec;46(11-12):1067-72.

[3] Elisabetsky E, Brum LF, Souza DO. Anticonvulsant properties of linalool in glutamate-related seizure models. Phytomedicine. 1999 May;6(2):107-13.

[4] Denner SS. Lavandula angustifolia Miller: English lavender. Holist Nurs Pract. 2009 Jan-Feb;23(1):57-64.

[5] Roller S, Ernest N, Buckle J. The antimicrobial activity of high-necrodane and other lavender oils on methicillin-sensitive and -resistant Staphylococcus aureus (MSSA and MRSA). J Altern Complement Med. 2009 Mar;15(3):275-9.

[6] Lewith GT, Godfrey AD, Prescott P. A single-blinded, randomized pilot study evaluating the aroma of Lavandula augustifolia as a treatment for mild insomnia. J Altern Complement Med. 2005 Aug;11(4):631-7.

[7] Tsang HW, Ho TY. A systematic review on the anxiolytic effects of aromatherapy on rodents under experimentally induced anxiety models. Rev Neurosci. 2010; 21(2):141-52.

[8] Kazemzadeh R, Nikjou R, Rostamnegad M, Norouzi H. Effect of lavender aromatherapy on menopause hot flushing: A crossover randomized clinical trial. J Chin Med Assoc. 2016 Sep;79(9):489-92. doi: 10.1016/j.jcma.2016.01.020.

Toute reproduction interdite

Vous pourriez aussi être intéressé(e) par :

Un commentaire

Laisser une réponse