Il y a quelques années, on redécouvrait les couches lavables. Dans les métropoles, des services naissaient, proposant même le nettoyage des langes.

Avec un bébé, le problème des couches devient forcément inévitable. De nombreuses préoccupations entre en ligne de compte : écologie, santé, budgetCouches lavables ou couches jetables écologiques : que choisir ?

Parce que d’emblée, nous faisons le choix d’écarter les couches jetables « classiques » pour des raisons évidentes, la suite de notre article ne porte que sur les couches jetables bio/écologiques et les couches lavables.

Savez-vous que… ? Pampers invente la couche jetable et la commercialise dès les années 50 aux Etats-Unis. Elle n’arrive en France qu’en 1978.

 

Pour le côté pratique : couches jetables écologiques ou couches lavables ?

bébé bio, bébé, bien etre, bio, couche bio, couche écologique, couche lavable, couche love and green avis, couche tidoo, couche tidoo avis, couches, couches bio, couches écologiques, couches jetables, couches jetables écologiques, couches lavables, couches lavables avis, couches lavables bio, couches lillydoo, couches love and green, couches naty, couches tidoo, couches tidoo avis, gazette, gazette bio, nature, nouveau-né, santéLes couches lavables nouvelle génération n’ont rien en commun avec les anciens langes. Elles sont généralement composées de deux ou trois parties : une culotte (lavable), un absorbant (lavable, optionnel selon la marque car il fait parfois partie intégrante de la culotte), et enfin un voile (jetable).

L’absorbant est glissé dans le fond de la couche culotte, puis le voile est posé dessus. Le voile sert à récupérer les selles (qui sont ensuite jetées dans les toilettes ou la poubelle). L’absorbant doit être retiré et nettoyé à chaque change, avant de pouvoir être de nouveau utilisé. Néanmoins, certains parents se plaignent de devoir faire tourner régulièrement leur machine à laver, jusqu’à avoir l’impression de le faire en quasi permanence.

De ce point de vue-là, l’utilisation de couches jetables est plus pratique et moins chronophage. Mais à quel prix ?

 

Pour votre budget : couches jetables écologiques ou couches lavables ?

Les couches jetables issues d’écolabels ne sont pas destinées aux seules familles les plus financièrement à l’aise. Des marques distributeurs développent elles aussi leur propre gamme, afin de répondre à l’envie de naturalité des parents. On peut citer entre autres : Carrefour Baby Eco Planet, Pommette Ecologic, Auchan Nature BabyCare…

Les couches lavables représentent un certain budgetau début. Peut-être l’ignorez-vous, mais réparties jusqu’à l’apprentissage de la propreté, les couches lavables reviennent moins chères à une famille. Et le gain sera d’autant plus grand si vous achetez des couches lavables pour votre premier enfant, avant d’en faire bénéficier les éventuels petits frères ou petites sœurs à venir, ou encore les cousins, cousines, etc.

Si le coût des couches lavables vous apparaît tout de même prohibitif, vous pouvez tester… la location de couches lavables ! Ma Petite Couche, la jeune start-up française, propose deux formules, de la naissance à la propreté : une location simple (partout en France, à partir de 0.5 € par couche) et une location avec lavage (en région parisienne uniquement, à partir de 8 € par semaine). Selon le même principe, La Grenouille Verte dessert une partie de la province de Québec.

 

Pour la préservation de l’environnement : couches jetables écologiques ou couches lavables ?

L’utilisation de couches lavables permet de diminuer de près de 95% les déchets liés aux couches. Et ce n’est pas rien quand on connaît le nombre de couches utilisées pour un bébé…

Alors oui, les couches lavables nécessitent, comme leur nom l’indique, d’être lavées. Et effectivement, ce geste consomme de l’eau. Cependant, les matières premières nécessaires à la confection des culottes jetables utilisent également énormément d’eau. La culture du coton est d’ailleurs bien connue pour être une des plus consommatrices dans ce domaine. Donc laver plutôt que de « jeter-racheter » consomme finalement moins d’eau.

Une marque s’est même amusée à calculer les impacts de leurs couches lavables par rapport aux couches jetables. Les résultats sont édifiants :

  • “50% de consommation d’eau en moins
  • 93% d’émissions de gaz à effet de serre en moins
  • 80% de consommation d’électricité en moins
  • 90% de consommation de bois en moins
  • 90% d’épuisement des ressources non renouvelables en moins”

Savez-vous que… ? D’ici la fin de l’année, une entreprise néerlandaise commencera à recycler le plastique des couches usagées en produits commercialisables, tels que des pots de fleurs ou des meubles de jardin. Grâce à un procédé alliant hautes températures (250°C) et vapeur haute pression (40 bars), on sépare les composés plastiques de l’urine et des fèces. Une fois la température redescendue, on distingue des billes de plastique flottant sur un bac d’eaux usées. Pour finir, la direction espère pouvoir ainsi traiter près de 15 000 tonnes de couches à l’année.

bébé bio, bébé, bien etre, bio, couche bio, couche écologique, couche lavable, couche love and green avis, couche tidoo, couche tidoo avis, couches, couches bio, couches écologiques, couches jetables, couches jetables écologiques, couches lavables, couches lavables avis, couches lavables bio, couches lillydoo, couches love and green, couches naty, couches tidoo, couches tidoo avis, gazette, gazette bio, nature, nouveau-né, santé

 

Pour la santé de votre bébé : couches jetables écologiques ou couches lavables ?

Les couches jetables sont régulièrement pointées du doigt depuis quelques années. On suspecte les produits absorbants qu’elles contiennent, de nuire à la santé des enfants. (Ces produits sont par ailleurs sensiblement similaires à ceux contenus dans bon nombre de protections menstruelles…)

Savez-vous que… ? Les mini-capteurs présents dans les couches classiques, ceux-là même capables de « garder les fesses de bébé au sec » ont été inventés 1987 par Pampers.

A l’automne 2016, les fondateurs des couches écolo Love & Green ont fait analyser la composition des couches Pampers. Résultats ? Les langes jetables étaient composés de HAP, des dérivés du pétrole (classés substances cancérigènes par l’UE), pour un produit final fait de 80% de matières plastiques et chimiques.

 

Les analyses de 60 millions de consommateurs

Dans une enquête menée par 60 millions de consommateurs en 2017, des tests révèlent la présence de molécules toxiques, considérées par de nombreuses études comme cancérigènes. On cite notamment : des pesticides (tels que le quintozène et l’hexachlorobenzène),  des COV (comme le styrène ou le toluène), des dioxines (le furane par exemple, dû au blanchiment au chlore de la cellulose), ainsi que du glyphosate (ce « fameux » herbicide, RoundUp). Même si les seuils détectés restent inférieurs aux normes, peut-on être sûr de l’innocuité de ces produits ? Surtout que ces couches sont portées de la naissance jusqu’à l’apprentissage de la propreté, soit plus de 4 300 langes par enfant

En août 2018, après le remue-ménage causé par une première enquête, 60 millions de consommateurs a de nouveau analysé des couches-culottes. Cette fois, la marque Love & Green est également pointée du doigt. On peut néanmoins lui accorder le bénéfice du doute étant donné qu’elle était exempte de ces substances nocives dans le premier test de 60 millions…, qu’elle a de nouveau changé de fournisseur et qu’elle fait réaliser régulièrement des tests sur ses couches afin d’en vérifier la qualité.

De plus, de grands noms tels que Pampers arrivent en tête dans ce second classement. La raison est simple : lorsque vous testez la présence d’herbicides, les chances sont plus grandes de les trouver dans les couches utilisant des matières végétales, que dans celles fabriquées à base de matières plastiques.

 

Quelques noms de marques de couches

Sur quels critères devez-vous être particulièrement vigilants lorsque vous choisissez des couches ?

  • Privilégiez les fibres naturelles (cellulose, lin, coton, bambou), si possibles issues de l’agriculture biologique ou de forêts durablement gérées.
  • Veillez à la présence du label allemand Oeko-Tex Standard 100, qui certifie l’absence de toxicité dans les textiles.
  • Évitez bon nombre de polluants pour des « améliorations » qui s’avèrent finalement non nécessaires : pas de blanchiment au chlore, parfum, parabène, etc.

 

Des marques de couches jetables écologiques

Si vous optez pour le côté pratique des couches jetables écologiques, voici quatre marques parmi les plus cotées chez les parents (en prenant compte de la note et du nombre d’avis, source consobaby.com) :

Lillydoo (4.45/5 pour 161 avis)

  • Des couches labellisées standard 100 d’OEKO-TEX, sans parfum ni lotion, hypoallergéniques, et utilisant une cellulose certifiée FSC et non blanchie au chlore. La marque allemande propose également un abonnement mensuel. L’avantage ? En plus de se faire livrer ces langes jetables sans avoir à y penser, vous pouvez renvoyer les paquets non ouverts à Lillydoo et les échanger quand votre bébé change de taille.
    A partir de 12 € le paquet de 37 couches pour les petits bouts entre 3 et 4 kg (vente au détail).

Tidoo (4.35/5 pour 33 avis)

  • Une fabrication française pour ces couches écologiques. Fabriquées à partir d’ouate 100% biodégradable et de cellulose issue de forêts durablement gérées, elles ne contiennent pas de chlore. Biodégradables à 50%, elles sont également hypoallergéniques. A noter : avec une partie de ses bénéfices, Tidoo soutient l’association Le rire médecin.
    A partir de 19.90 € les 58 couches pour les nouveaux-nés entre 3 et 6 kg.

Love & Green (4.05/5 pour 248 avis)

  • Avec près de 50% de matières naturelles et biodégradables, ces langes jetables hypoallergéniques sont élaborés à partir de cellulose naturelle certifiée FSC, et ne contiennent pas de: colorant, chlore, HAP, pétrolatum ou autre dérivé des hydrocarbures.
    A partir de 13.90 € le paquet de 36 couches pour les bébés entre 3 et 6 kg.

Cependant, pour ces marques (comme chez d’autres proposant une gamme écologique), on regrette que l’absorption se fasse au moyen de perles microfines, le polyacrylate de sodium (SAP). Ce matériau, qui permet d’obtenir un effet sec, a été interdit dans les tampons hygiéniques dès les années 80 (soupçonné de favoriser le syndrome du choc toxique). Aujourd’hui encore utilisé dans de nombreuses serviettes hygiéniques, cette substance chimique issue de la pétrochimie n’est pas biodégradable. De plus, à La Gazette Bio, on se pose toujours des questions sur la totale innocuité de ce genre d’absorbant…

Toutes ces marques proposent différentes tailles. Nous avons fait le choix de ne décrire que les langes en taille 2, afin que le comparatif soit plus parlant.

 

Des marques de couches lavables

Enfin dans les couches lavables, citons :

Bumgenius Bio

  • bébé bio, bébé, bien etre, bio, couche bio, couche écologique, couche lavable, couches, couches bio, couches écologiques, couches lavables, couches lavables avis, couches lavables bio, gazette, gazette bio, nature, nouveau-né, santé, bumgenius bio, bumgenius organic, bumgenius, bumgenius avis, bumgenius couche, bumgenius v5, bumgenius v5
    © BumGenius Organic

    Avec insert absorbant et intérieur de la couche en coton biologique, douce pour les fesses des bébés. La couche est simple d’utilisation et permet un temps de séchage réduit de moitié, grâce à une meilleure aération de l’insert.
    Bumgenius Bio propose une seule taille de couche, évolutive de 3,5 à 15 kg grâce à des rangées de boutons pressions.

Côté prix, les marques sont au coude-à-coude, en proposant généralement la couche lavable pour une vingtaine d’€uros (sans le voile). Il existe également pour chacune des marques des kits d’essai. Une bonne idée cadeau si vous décidez d’établir une liste de naissance.

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :