Le printemps arrive doucement et avec lui, nos envies de nous occuper de nos jardins. Si vous souhaitez adopter un rosier, suivez nos conseils pour une bonne reprise.

Quelle que soit l’ambiance du jardin, ou la place dont on dispose, le rosier fait partie des grands classiques de nos extérieurs. Mais quelles sont les règles de base pour favoriser une bonne reprise de son rosier ?

 

Rosier en conteneur ou en racines nues ?

On trouve les rosiers sous deux formes : en conteneur ou en racines nues. Ils diffèrent au niveau du prix et de la période de plantation.

Les rosiers en conteneur se plantent tout au long de l’année, même en été parce qu’ils sont en végétation.

Les rosiers en racines nues (moins chers) s’achètent de l’automne au printemps. On peut les planter dès la chute des feuilles (octobre-novembre) jusqu’à la période précédant la reprise (mi-avril au plus tard).

Méfiez-vous : on nous a déjà fait remonter des informations selon lesquelles certains pépiniéristes mettent en conteneur les rosiers aux racines les moins développées, afin que cela ne se voie pas… La reprise est donc loin d’être excellente. Alors sachez faire confiance aux « bons » pépiniéristes et n’hésitez pas à demander conseil auprès d’autres jardiniers.

 

Quel emplacement pour votre rosier ?

On peut planter un rosier en bordure, en massif, groupé ou isolé. Si vous disposez de peu d’espace, vous pouvez également planter certaines variétés dans de grands pots. Si vous optez pour un paillis, évitez ceux à base d’écorces de pin et privilégiez les paillettes de lin ou l’ardoise. Et surtout, mieux vaut ne pas planter un rosier sur un ancien emplacement de rosier, ou alors décaissez sur large.

On choisit un emplacement ensoleillé et dégagé. Si vous décidez de planter un rosier au pied d’un mur ou d’un treillis (pour un rosier grimpant), veillez toujours à laisser un espace entre le rosier et le support. Ceci assure la bonne ventilation de votre plante et limite l’apparition de maladies.

Attention : certaines variétés de rosiers sont plus sensibles à l’oïdium que d’autres. Dans ce cas, on choisit un emplacement qui ne soit pas au soleil couchant…

 

Comment planter un rosier ?

En racines nues ou en conteneur, un rosier se plante de la même façon :

  • Placez les racines du rosier ou la motte dans un seau le temps de bien l’hydrater. Quelques secondes suffisent.
  • A l’aide d’une bêche à dents, travaillez la terre à l’endroit où vous souhaitez planter pour décompacter le sol.
  • Enlevez les pierres et les mauvaises herbes ainsi que le lierre. Le rosier peut ainsi se développer, tout comme son système racinaire.
  • Avec une pelle, faites un trou suffisamment large (40 cm de diamètre) et profond (60 cm).
  • Utilisez de nouveau la bêche à dents pour décompacter le sol au fond du trou de plantation. Les racines vont pouvoir s’enfoncer plus facilement.
  • Dans votre trou de plantation, déposez une pelletée d’un mélange de fumier finement décomposé ainsi que de terreau de plantation.
  • Si vous souhaitez mettre du stimulant racinaire, faites-le à cette étape, en tenant votre rosier juste au-dessus du trou. Ainsi, le surplus tombe dans le trou de plantation. On pense à certaines algues ou à de la barbotine, par exemple.
  • Placez le rosier au centre du trou et comblez le trou avec la terre. Faites alors attention à ce que la jonction racines-tige se trouve juste au-dessous de la surface de la terre.
  • Tassez la terre autour du rosier. Certains utilisent le pied, d’autres appuient fortement avec leurs mains afin de ne pas risquer de blesser les racines.
  • Arrosez généreusement au pied de votre rosier (on compte un grand arrosoir bien rempli).

 

On veille encore à deux choses au moment de la plantation

Si vous plantez votre rosier par temps froid ou que l’hiver s’annonce venteux, mieux vaut butter le rosier (aux 2/3). Cela protège votre rosier du gel et évite le dessèchement des rameaux. Un petit paillis de feuilles peut également s’avérer nécessaire. Mais attention : dès le printemps, retirez la butte et le paillis sinon le porte-greffe se développera, et non la variété choisie.

Si vous plantez un massif de rosiers : faites en sorte de planter tous vos rosiers avec le collet (départ des branches) tourné du même côté. Ceci dans un but esthétique, afin d’homogénéiser l’ensemble.

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :