Les personnes sont de plus en plus vigilantes quant à l’installation électrique de leur maison. Mais pour quelles raisons ?

 

L’électricité et les champs qui s’en dégagent

Avant toute chose, un peu de physique. Lorsqu’un courant électrique circule dans un matériau conducteur (câbles et fils électriques, par exemple), il créé autour de ce dernier plusieurs types de champs.

Un câble regroupe plusieurs fils.

En France, les installations électriques sont alimentées en courant alternatif 230V. Par le biais d’une pompe à protons, le courant alternatif permet de faire passer plus de courant que dans un courant continu.

  • Le fil de phase est celui qui alimente. Il part du tableau électrique dans votre installation. Une installation triphasée comporte, comme son nom l’indique, trois phases.
  • Le neutre est celui qui fait le trajet inverse. Il va de l’installation au tableau électrique.
  • La terre n’émet rien.

Une installation électrique émet trois types de champs :

  • électrique,
  • magnétique,
  • et électromagnétique.

Dans un logement, on peut donc considérer que tout appareil relié à l’installation électrique émet un champ électrique et magnétique, et également électromagnétique. Et bien sûr, ceci vaut pour tous les éléments raccordés à votre installation : câbles dans les murs, rallonges, interrupteurs, prises murales…

 

Le champ électrique ou CE

Dans une grande partie du monde, il s’agit de courant basse fréquence 50 Hz. Cela signifie que les électrons véhiculés bougent de sens 50 fois par seconde dans un courant alternatif. Cela crée donc un champ électrique tout autour de l’installation, mais également des objets alimentés en courant. Ce champ est invariable.

Le champ électrique représente l’onde générée par le 50 Hz (par la phase) en 230V. Plus le voltage est important, plus le champ électrique va augmenter. On le mesure en V/m (soit en volts par mètre).

Savez-vous que… ? Le champ électrique existe sur environ 1 mètre tout autour de l’installation électrique et des objets qui y sont raccordés. Même si rien n’est raccordé au bout d’une rallonge, tant que la rallonge est branchée, cela consomme de l’électricité et crée ce fameux champ électrique. D’où l’intérêt de toujours couper ou débrancher une rallonge ou une multiprise qui ne sert pas. C’est mieux pour vous, pour la planète… et votre facture !

Par exemple, une ligne haute tension va émettre un champ électrique de 1 000 V/m sur 400 mètres.

Le champ électrique passe davantage si le matériau est creux. On pense notamment au placo ou au bois. Pour cette problématique, le bois plein est pire que l’ossature bois. D’où l’intérêt, voire la nécessité, d’opter pour une installation biotique lorsqu’on fait le choix d’une maison en bois.

 

L’utilité du neutre et de la terre

En accolant un fil neutre à celui de la phase, cela permet de diminuer déjà fortement le champ électrique. Par exemple, un fil de phase émettant 600 V/m peut voir son champ électrique plus de dix fois diminué par la simple présence d’un fil neutre. En effet, le neutre récupère une grande partie du champ électrique. Ajouter un fil de terre, permet encore de faire baisser le champ électrique.

 

Le champ magnétique ou CM

Les électrons sont de micro-aimants. Plus le nombre d’électrons circulant augmente, et plus le champ magnétique augmente. En effet, le champ magnétique est lié aux électrons en mouvement : il est donc variable. Plus l’appareil branché est consommateur d’électricité, plus il va créer de champ magnétique.

Une ampoule branchée au bout d’un fil émet un champ magnétique. Par contre, un fil branché sans rien au bout n’émet pas de champ magnétique.

Un radiateur de 2,5 kW émet un champ magnétique important. Si on en dispose un deuxième, le champ magnétique va augmenter. Par contre, le champ électrique restera inchangé que la pièce comporte un ou deux radiateurs.

Un champ magnétique ne peut pas être supprimé. Et il pénètre tous les matériaux (exceptés certains, très rares, comme le Magnétex).

Un transformateur émet un champ magnétique élevé, aussi il faut veiller à ce que votre lampe de chevet ou de travail, ou tout autre objet à côté duquel vous passez du temps, n’en comporte pas.

 

Le champ électromagnétique ou CEM

Le champ électromagnétique est un champ résultant du couplage d’un champ magnétique avec un champ électrique. Les CEM sont générés par le passage du courant dans un conducteur électrique. De plus, pour transporter l’information, on se sert de l’atmosphère plutôt que du fil avec des CEM hautes fréquences.

Aujourd’hui, on dénombre de plus en plus de sources de champ électromagnétique : les téléphones portables, le wifi, le bluetooth®, les téléphones de maison sans fil (DECT), les alarmes, les babyphones, etc.

Chacune de ces sources prise séparément est nocive. Mais le problème est que désormais, les sources de champs électromagnétiques pulsés augmentent et s’additionnent. Aujourd’hui enfin, il devient de plus en plus difficile pour les scientifiques imperméables à la question de nier les effets délétères des champs électromagnétiques sur l’organisme.

En 2002, suite à des observations épidémiologiques identifiant clairement le lien entre nombre de leucémies infantiles et les champs présents : le CIRC a classé les champs magnétiques basse fréquence comme cancérogènes possibles (groupe 2B).

En 2011, le CIRC identifie également les champs électromagnétiques radiofréquences (ceux des technologies sans fil) comme cancérogènes possibles.

Les farouches défenseurs de la technologie à outrance arguent que les ondes électromagnétiques ne sont pas nocives, ni pour l’homme, ni pour la nature. Ils prennent en exemple la planète, qui elle-même génère un champ non nocif pour l’être humain. Sauf que… la Terre émet un champ continu. Ce qui fait toute la différence avec le champ électromagnétique pulsé des technologies sans fil. Prenons l’exemple du wifi 5 GHz ; en une seconde le champ qu’il dégage aura changé cinq milliards de fois.

De plus, lorsqu’on reprend les travaux réalisés sur les rats à l’Université de Louvain ou les recherches menées par le Pr Gérard Ledoigt sur les plants de tomate à l’Université de Clermont II, difficile de caractériser les troubles induits de psychosomatiques

 

Et le Linky dans tout cela ?

Résumons de manière succincte le mode de fonctionnement du Linky, ce fameux compteur électrique intelligent.

Le linky émet un courant CPL qui, s’il est seulement censé voyager entre le transformateur et le compteur, inonde toute l’installation électrique de votre logement.

« La technologie CPL utilise les fils électriques classiques qui fournissent le courant. Dans le cas du compteur Linky, elle y transmet les données par radiofréquences de 75 kilohertz. Or ces câbles électriques classiques ont été conçus pour le 50 hertz du courant électrique, pas pour les champs électromagnétiques des radiofréquences. L’inquiétude est donc légitime, d’autant que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les ondes des radiofréquences dans la catégorie « cancérogène possible », ce qui n’a rien d’anodin. » Source Que Choisir

Et plus tard, un ERL (Émetteur Radio Linky) pourra également être ajouté. Cet émetteur permettra, via des « salves » d’ondes, d’inonder votre habitation en champs électromagnétiques. Et ce, afin d’activer les objets contenant des puces dans le but de les connecter à Internet.

Il faut également penser à faire voyager les informations récupérées par les compteurs communiquant aux fournisseurs. Dans les rues, il y a aura donc des concentrateurs, des répétiteurs, des mini antennes

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Laisser une réponse