Encore inconnue il n’y a pas si longtemps, la phobie scolaire touche de nombreux enfants et adolescents. Que faire face à cette peur de l’école, que l’on peine à connaître ?

L’anxiété scolaire est le premier degré de ce trouble qui se transforme par la suite, si rien n’est fait, en phobie scolaire. Les spécialistes de l’enfance sont les témoins d’un nombre d’enfants atteints de ce type de trouble en constante évolution.

 

Les symptômes de la phobie scolaire

Bien que nombreux, les symptômes liés à ce trouble sont sensiblement identiques d’un enfant à un autre. Les premiers sont physiques : sommeil perturbé la veille, maux de ventre, nausées, vomissements, mal de tête, stress… quand ils doivent se rendre à l’école. Par la suite, vous pouvez vous confronter au refus pour votre enfant d’aller à l’école, les pleurs, le marchandage, les cris.

Il faut apprendre à reconnaître les signes de l’anxiété scolaire avant qu’ils ne deviennent trop importants et débouchent sur la phobie scolaire. En effet à terme, les « petits » symptômes peuvent empirer jusqu’aux crises d’angoisse, aux vertiges… jusqu’au refus pur et simple de mettre un pied dans un établissement scolaire.

 

A quoi sont dues l’anxiété et la phobie scolaire ?

Ce problème peut être dû chez certains à une nature anxieuse, qui craint la séparation d’avec les parents, ou a peur de se confronter à l’échec (ou même à la réussite), de se retrouver en « compétition » avec d’autres.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un enfant qui souffre de cette peur de l’école n’est pas forcément asocial ou introverti. Certains s’entendent très bien avec leurs camarades et leurs professeurs. Ils n’ont pas non plus de troubles de l’apprentissage.

En premier lieu, vous devez veiller à ce que cette phobie scolaire ne soit pas le signe d’un autre problème, tel qu’une phobie sociale ou du harcèlement scolaire. Humiliation (avec ou sans réseaux sociaux) de la part des autres élèves ou du professeur, mais aussi racket, agression sur le chemin de l’école, vision d’une scène qui l’a perturbé… peuvent être autant de facteurs déclenchants.

adolescent, anxiété, anxiété rentrée scolaire homéopathie, anxiété réussite scolaire, anxiété scolaire, bien etre, bien-ête, bio, digitopuncture, enfant, gazette, gazette bio, homéopathie, nature, phobie scolaire, phobie scolaire college, phobie scolaire que faire, phobie scolaire solutions, phytothérapie, refus scolaire adolescent, refus scolaire anxieux, refus scolaire anxieux prise en charge, refus scolaire anxieux traitement, refus scolaire chez l’adolecent, refus scolaire que faire, santé, solutions naturelles

 

Que faire pour aider votre enfant ?

Premièrement, ne le culpabilisez pas et ne le grondez pas. Cette peur latente le dépasse au point qu’elle devient « hors contrôle ». Même si pour vous elle n’a qu’une dimension psychologique, la phobie scolaire est le signe d’une vraie détresse qui doit être prise au sérieux.

Savez-vous que… ? Certains enfants sont incapables de déterminer l’origine de leur mal être. Ils ressentent que ce dernier est lié à l’école, sans toutefois cibler une cause en particulier.

Vous pouvez commencer par prendre rendez-vous avec son enseignant ou son professeur principal. Peut-être que lui aussi a remarqué certains changements ou a identifié le nœud du problème. Dans certains établissements, le dialogue n’est malheureusement pas possible avec le corps professoral ou même le proviseur. Dans ce cas, contactez l’Inspecteur de l’Éducation qui y est rattaché.

Il est également conseillé de faire parler votre enfant afin qu’il ne s’enferme pas dans ses angoisses. L’école peut vous mettre en lien avec la psychologue scolaire (les séances sont gratuites). Vous pouvez aussi faire appel à psychologue ou un psychiatre spécialisé dans les troubles pédiatriques.

 

Quelles solutions naturelles à la phobie scolaire ?

Ces visites peuvent se faire lorsque le problème est pointé et/ou résolu. Mais également si ce n’est pas le cas, en première intention en parallèle des autres actions que vous menez.

L’homéopathie et la phytothérapie peuvent apporter une réelle détente aux sujets anxieux, quel que soit leur âge. Vous pouvez aussi vous tourner vers la médecine chinoise qui peut se pratiquer « aux doigts » plutôt qu’aux aiguilles si votre enfant est jeune ou qu’il craint les piqûres. On appelle cette technique la digitopuncture.

Pour apprendre à essayer de mieux gérer son stress, vous pouvez penser à inscrire votre enfant à des séances de yoga spécialement conçues pour les plus jeunes. Bien entendu, toutes ces démarches doivent s’effectuer avec son consentement pour de meilleurs résultats et peuvent se superposer entre elles…

Toute reproduction interdite

Vous pourriez aussi être intéressé(e) par :

Apolline Compagnon
Apolline Compagnon est une thérapeute pratiquant diverses techniques de médecines douces (phyto-aromathérapie, médecine chinoise...). Également formatrice en contraception naturelle, elle s'est spécialisée dans le bien-être féminin, que ce soit dans sa pratique en cabinet, ou en tant que rédactrice santé/bien-être. Davantage de renseignements sur : www.cabinetmedecinesdouces.fr

Laisser une réponse