Guillaume Bodin est le réalisateur de La clef des terroirs et Insecticide mon amour. Rencontre à l’occasion de la sortie en VOD de son dernier documentaire, Zéro Phyto 100% Bio.

 

Pour commencer, pourriez-vous nous parler de votre parcours ? Est-ce que le monde du cinéma était un itinéraire tout tracé ?

Mon parcours est un peu atypique car avant d’être réalisateur, je suis vigneron en bio et biodynamie. J’ai commencé à réaliser des documentaires pour militer pour la cause environnementale et faire ma part pour un monde plus vertueux. Je suis absolument audodidacte dans le domaine de la réalisation, de la production et de la distribution de film. Mais « Zéro Phyto 100% Bio » est mon troisième documentaire, ce qui m’a permis d’être relativement à l’aise dans ce domaine.

 

Comment vous vient l’idée de réaliser le sujet d’un documentaire ?

Lors de la réalisation de mon précédent documentaire « Insecticide Mon Amour », je me suis beaucoup rapproché des associations Générations Futures pour leur expertise dans le domaine des pesticides et d’Agir Pour l’Environnement pour l’aide dans la communication autour du problème des insecticides en Bourgogne. Ils avaient créé en 2014 une initiative qui s’appelait déjà « Zéro Phyto 100% Bio », en collaboration avec une autre association Bio Consom’acteurs. Et comme nous nous entendions tous plutôt bien, ils m’ont demandé de réaliser quelques courtes vidéos pour internet dans le but de dynamiser un peu cette initiative. C’est de là qu’est née l’idée d’un documentaire pour le cinéma afin d’avoir un plus grand impact et de pouvoir animer de nombreux débats dans les cinémas français.

 

Qu’espérez-vous au travers de vos films ?

Faire passer des messages, donner des idées, créer des moments d’échanges entre différents acteurs locaux qui se rencontrent souvent lors des débats au cinéma, et amener également une dynamique locale forte. En effet, je suis persuadé que la question de l’écologie ne sera pas réglée par les grands de ce monde mais par toutes ces personnes actives sur le terrain qui aspirent à un monde plus respectueux bien loin des visions capitalistes des gouvernements qui se succèdent.

 

Quel est le point commun entre tous vos films documentaires ?

L’écologie dans son sens large… Ce qui me passionne c’est l’agriculture respectueuse de son environnement, qu’elle s’appelle bio, biodynamique, permaculture, agriculture de conservation… Du moment qu’on arrête d’utiliser tous ces produits chimiques dont nous ne connaissons pas exactement tous les effets sur le long terme et qui détruisent la vie des sols. Mes documentaires sont là pour qu’on prenne conscience ou qu’on se conforte dans l’idée qu’une agriculture écologique permet de séquestrer beaucoup plus de carbone qu’une agriculture utilisant énormément de chimie de synthèse et de pétrole. Cette agriculture produit une alimentation saine, nutritive et d’une grande diversité sans impacter les générations futures. L’enjeu d’un documentaire reste tout de même de le faire avec de la pédagogie et une certaine poésie.

 

Dans le film Zéro Phyto 100% Bio, on apprend que la dépollution liée aux nitrates et aux pesticides dans l’eau coûte à la France 54 milliards d’€uros par an. Si certains agriculteurs polluent les nappes phréatiques, qui supporte cependant ce coût ?

Ces coûts comprennent le coût de dépollution des eaux de surface, des eaux souterraines, l’achat d’eau en bouteille occasionnée par une prise de conscience de la médiocre qualité des eaux du réseau, le transport de ces bouteilles et j’en passe… Évidemment c’est tout un chacun qui supporte ce coût soit directement à la caisse via sa facture d’eau ou l’achat de bouteilles plastique, soit via nos impôts qui permettent par exemple la dépollution des plages couvertes d’algues vertes, ce qui reste assez parlant. On pense aussi la construction de nouvelles canalisations sur un territoire afin d’acheminer une eau plus saine aux administrés que l’eau que l’on pourrait capter dans la nappe phréatique malheureusement déjà polluée. C’est assez complexe comme mécanisme mais à la sortie tout le monde supporte à sa hauteur ce coût.

 

Est-ce que le visionnage de Zéro Phyto 100% Bio a participé à la prise de conscience de certains édiles, en voyant que la démarche était accueillie favorablement par d’autres municipalités ?

J’ai eu la chance de pouvoir projeter le documentaire à de nombreux élus, de pouvoir en rencontrer sur le terrain lors de ma tournée de plus de 250 projections-débats que j’ai moi-même animée. Et il y a eu au moins autant de projections-débats animées par différentes associations, collectifs citoyens, élus… J’espère que l’impact de ces projections a permis de faire avancer les idées localement.

 

Et qu’en est-il pour vos précédents films ?

Personnellement, j’apprends souvent quelques années plus tard l’impact que peut avoir eu une projection comme par exemple avec mon premier documentaire « La Clef des Terroirs » sorti en 2011. J’ai aujourd’hui des vignerons qui viennent me rencontrer pour me dire que mon documentaire a été un déclic vers une démarche biologique et biodynamique ! J’espère que ce sera la même chose avec « Zéro Phyto 100% Bio » et que toutes les petites graines que nous avons pu semer sur le territoire germeront et ferons naitre de magnifiques projets de vie.

Toute reproduction interdite

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Apolline Compagnon
Apolline Compagnon est une thérapeute pratiquant diverses techniques de médecines douces (phyto-aromathérapie, médecine chinoise...). Également formatrice en contraception naturelle, elle s'est spécialisée dans le bien-être féminin, que ce soit dans sa pratique en cabinet, ou en tant que rédactrice santé/bien-être. Davantage de renseignements sur : www.cabinetmedecinesdouces.fr

Leave a Response